LETTRE À MICHOU H.

Cher , très cher, trop cher Michou ,

C’est avec une stupéfaction matinée de consternation que je prends le clavier pour vous faire part de mon désarroi face à cette terrible nouvelle qui me cloue Houellebecq: vous venez de vous marier . Pour la troisième fois. Encore. Certes jamais deux sans trois et tous les égouts vont dans la nature mais venant de vous , je ne puis le supporter.
Et que lis-je ?? L’élue est chinoise ! Vous qui mîtes moult fois en avant votre amour des animaux et pas uniquement des insectes kératophages!
Vous qui vécûtes aux côtés de Clément durant 11 années de longs et boyaux services
Ce Clément sôt qui vous aima de toute son affection canine et linguale.

Vous qui participâtes sur les deux votres au jury du prix littéraire 30 Millions d’amis en 2011,

V!ous qui allâtes au bout du monde observer les pingouins après avoir écrit sur les pines de gouines , oui Vous Michel Houellebecq , épousez une femme originaire d’un peuple qui a toujours fait part d’une grande cruauté à l’égard des animaux et il est d’ailleurs fort probable que les aïeux de votre épouse aient dévoré sans vergogne ni Bourgogne les aïeux de Clément . Tragique destin qu’est alors le votre Michel avec la transposition du mythe de Cronos dévorant son propre fils : Ici, ce sont vos arrières beaux-parents qui boulottèrent vos arrières petits enfants canins .
Alors bien sûr , Lysis est une jeune femme cultivée et intelligente ( la preuve : elle écrit son mémoire de fin d’étude sur votre œuvre ) et Jamais ô grand jamais elle ne mangerait de chien .
Et avec sa petite robe de mariée rose poudrée toute simple, on lui donnerait le François de Soumission sans confessions .

Mais la bible ne fait pas le moine et autant l’Anglais est perfide , autant le chinois est fourbe.
Et je le dis tout de go ( elle sait y jouer ? ) : Clément doit se retourner dans sa tombe dans laquelle son petit Corps gît …

Autre sujet de mon mécontentement : il paraîtrait que vous êtes heureux . Votre ami David Pujadas , convié à vos noces funèbres a annoncé , je cite : «  Michel ne m’a jamais paru plus heureux ».
Permettez moi de poser la question : Il est où le grand admirateur de Schopenhauer ? l’homme qui écrivait :
⁃ «  L’absence d’envie de vivre , hélas, ne suffit pas pour avoir envie de mourir » ou encore :
⁃ « Certaines solitudes me semblent sans remèdes ».

J’ai aimé un homme qui cultivait une merveilleuse néantisation , un nihilisme philosophique par choix , j’ai aimé un homme qui se vautrait dans la fange et la souillure , qui crachait sur l’espoir et glorifiait la perversion humaine.

J’ai aimé un homme qui ne craignait ni la mort ni la damnation et je découvre …..Le Ravi de la crèche !
Je lis que vous vous êtes mariés en costume et chapeau melon : le chapeau de Laurel et Hardy ! Michel Houellebecq , l’écrivain qui s’est fait le chantre du pessimisme et pour qui «  Il faut pleurer les hommes à leur naissance et non à leur mort » , paraphrasant ainsi Montesquieu, vient de se marier avec un chapeau de clown !
Est-ce à dire que l’amour vous a ramolli ? Auriez-vous cédé aux chants des sirènes ? Vous délaisseriez Baudelaire au profit de Lamartine ? Et l’immense Huysmans qu’est ce qu’il en pense de ce bonheur romantique en toc ?
Et que dire de cette pièce montée qui m’a démontée ? Ce gâteau grotesque que vous avez choisi : sirupeux au sens propre et au sens figuré

et sur lequel on peut lire cette phrase :  » Adieu à la raison . Plus de tête . Plus qu’un cœur  » . Je suppose qu’il faut lire Un seul cœur qui bat pour deux . On quitte donc La carte et le territoire pour entrer de plein pied dans la farce et le Guy Des Cars . Bon.
Michou ! Michou ! Vous filez un mauvais coton mon garçon et Lysis vous entraîne vers la mauvaise pente et je me fais un sang d’encre que c’est pas demain la veille qu’on m’y reprendra à aimer un homme qui me fait tourner en bourrique !
Et je n’ose imaginer votre nuit de noces , car vous l’avez dit et écrit à plusieurs reprises : le territoire de la sexualité masculine est un territoire de l’échec et le romantisme rend le sexe impossible ( tiens! c’est aussi ce que dit Flaubert dans l’éducation sentimentale ) Or qu’est ce qu’une nuit de noce sinon une tentative souvent maladroite, de mettre en mouvement ( de va et vient) un romantisme qui est alors à son apogée ?!
Et que dire de cette phrase que vous avez dites : ( si ! Si ! je vous assure )
-«  La nature veut que le désir disparaisse au fil du temps dans le mariage » . Inutile d’être Houellebecq pour annoncer une vérité dont nous sommes tous conscients SAUF VOUS visiblement , qui enchaînez après deux divorces, un troisième mariage.

Ici , ton exaspéré de l’auteur . Moi en l’occurrence.

Je n’écris pas pour le magasine « Psychologie », ne comptez pas sur mon aide pour vous sortir de ce merdier . Les solutions qui permettent d’avoir une sexualité tolérable tout en étant mariés , vous les connaissez parfaitement : porno, échangisme, triolisme , quatuorlisme, octupliolisme, centupliolisme , villagentierolisme, petitevilleolisme,capitalolisme,régionolisme ( à ne pas confondre avec le régionalisme qui vise à défendre les intérêts d’une région et à les promouvoir et non à baiser tout ce qui s’y déplace sur deux pattes )
Mais je ne suis pas certaine que Lysis soit partante . Autant l’Espagnole est chaudasse, autant la chinoise est mollasse .

Une autre inquiétude me taraude : faut-il imaginer Houellebecq heureux ?

Je désespèrerais que ce bonheur niais et cette béatitude ne mette en péril votre génie créatif , et que vous ne soyez plus en mesure de nous enivrer de votre pessimisme étourdissant !

En d’autres termes : Et Si le bonheur vous rendait con ?

Si Verlaine n’avait pas tiré à deux reprises sur Raimbaud , ce dernier n’aurait jamais écrit «  Une saison en enfer » .
Si Léopoldine ne s’était pas noyée , Victor Hugo n’aurait lui non plus jamais écrit «  Demain des l’aube » .
Et Si Rodin n’avait pas quitté Camille Claudel , elle n’aurait jamais sculpté «  L’âge mûr » .
Vous le savez fort bien : la souffrance est source de créativité : Le Christ lui même touche au sublime lorsque sur La Croix , levant les yeux au ciel , il adresse cette supplique à Dieu «  Père, pourquoi m’as tu abandonné ? »

Alors certes, loin de moi l’envie de vous mettre en croix car je vous aime trop ( avez vous vu ou lu « Misery » ? Maintenant que j’y pense : vous clouer, vous déclouer , vous panser , vous réconforter puis vous reclouer, vous redéclouer etc etc….) Oh Michou ! Comme nous pourrions être heureux vous et moi , loin des mangeuses de chiens ….

Je vous attendrai le temps qu’il faudra . Au fond vous l’avez compris , le fond du problème n’est pas que vous ayez épousée cette jeune chinoise à la peau laiteuse et à la triste robe , comme la marquise.

Le problème est que depuis que je vous sais marié, je suis moi en plein dépit amoureux , ce qui me rend méchante et méprisable mais qui ne le serait pas dans ce genre de situation ? Je ne suis plus capable d’aucune grandeur d’âme et me voilà en train d’écrire mille horreurs que ni vous ni votre bouffeuse de chi…pardon votre épouse , ne méritez .

Je vous laisse donc à votre bonheur que je sais fugace et je vous attendrai à la porte du garage avec un marteau et quelques clous rouillés .

Je vous embrasse tendrement et j’adresse une poignée de main vigoureuse mais pas trop , à votre épouse, qui m’a l’air de constitution fragile .

Thepintadépitée .

Une réflexion sur “LETTRE À MICHOU H.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s