La mode et les années 50 , histoire d’une rencontre au sommet….

Les années 50 sont à la mode ce que la torture est au Moyen-âge : un aboutissement parfait, jamais égalé ….

C’est très étrange mais cette décennie qui se situe  entre les années 40 et les années  60 (  le calcul mental est un de mes points forts ) est une sorte de période de grâce  dans l’univers de la mode . 

Nous sortons d’une sorte de No man’s land  modeux , le style vestimentaire est relégué fort loin derrière les préoccupations de la guerre et  les conséquences de celles-ci  rendent les désirs des femmes compliqués voir impossibles : va trouver  de la dentelle où de la soie en temps de restriction ….et va essayer de coudre une robe en rutabaga !!

1950 marque le début de la reprise d’une vie légère et insouciante , les horreurs de la guerre s’éloignent peu à peu et la pintade , qui commence à reprendre de la plume de la bête , a envie d’être belle, de danser, de séduire , de fumer ( ! ) , de conduire ( !! ) ….bref, on n’arrête plus la pintade d’après-guerre ! 

Concrètement on passe en quelques années de ça à ça : 

  
On délaisse le compensé pour le talon aiguille, le col fermé pour les cols échancrés devant ET derrière , la taille se resserre grâce au corset : la pintade des fifties doit ressembler à un 8 ! Les robes et les jupes sont très évasées et ondulent autour de jambes interminables : 

   

Soit, au contraire,  se resserrent pour un effet très près du corps et….très sexy : 

  Le corset devient un accessoire indispensable et très glamour que l’on va très vite associer à la célèbre  » Pin up  » née aux Etats-Unis …

  
Et pendant que la pintade corsetée se pavane sur les Grands Boulevards, attirant à elle moult regards de pintadons en émoi,

À Hollywood, les stars telles que Audrey Hepburn ( qui devient l’égérie de Givenchy ) , Marylin Monroe, Lauren Bacall , Grace  Kelly , Liz Taylor et j’en oublie, imposent un style glamour et ultra féminin avec des robes corolle , des gants qui montent jusqu’au coude ,  des jupes crayons ultra moulantes arrivant à mi-mollets . 

La quintessence de ce look très pointu et ultra sophistiqué s’incarne à merveille chez Grace Kelly dans les films qu’elle tourne  sous la direction d’ Hitchcock et  plus précisément dans  » Fenêtre sur cour  » où elle atteint des sommets de chic pintadesque…

   
    
 

Mais en France, nous ne sommes pas en reste et avons à cette même  époque des icônes qui,  en terme de féminité et de glamour-chic , en imposent au reste du monde et bien entendu au premier rang de ces icônes , en tête de ( gondole ? ) liste , le summum de la féminité , la quintessence de la beauté , le paroxysme de l’érotisme : 

J’ai nommé : Brigitte Bardot 

   
 
BB a déjà tout compris : L’imprimé Vichy , on n’a rien trouvé de mieux en terme de baby érotisme …le Vichy, c’est Bardot, le Vichy ça fait bander . CQFD . 

Mais BB c’est aussi la ballerine REPETTO , qu’on ne présente plus puisque nous toutes, pintades dociles , avons compris depuis longtemps que nous nous devions d’avoir une ( où plusieurs ) paires de ballerines REPETTO dans nos armoires. 

Attention !! Il est toutefois une pièce que nous ferons en sorte d’oublier au plus vite et qui est absolument indigne des fifties , un vêtement qui n’aura pas du tout, mais alors pas du tout , marqué cette décennie : le jean ! 

On ne va pas s’appesantir n’est ce pas ? Même à 2,47 $ c’est non ! 

  
Il est un autre sujet que je n’ai pas abordé volontairement : c’est celui de la mode masculine dans les années 50 , car voyez-vous , hormis le marcel blanc de Marlon Brando dans  » Un tramway nommé désir  » ( 1951 ) , la mode masculine ne m’a pas marqué . Quoique….en matière de maillot de bain…

  

Cessez de ricaner comme des bossues et parlons peu mais parlons bien mes emplumées :

 comment en 2016, adopter un look année 50 sans donner l’impression qu’on vient de s’échapper du dernier épisode de  » Mad men  » , car ce look là , bien que ravissant , est difficilement portable dans la vie de tous les jours : 

  
Adapter le look fifties en 2016 est chose aisée : on trouve les pièces basiques un peu partout : 

– les robes corolle sont nombreuses sur les sites internet comme  » monshowroom » ou » place des tendances » ainsi que chez  » Asos  » . 

 Quelques exemples de pièces disponibles actuellement et à des prix sympas car soldées  : 

   
  

    
  Celle-ci n’est pas à proprement parler un robe corolle mais je la trouve très belle et avec une vraie gueule année 50 : c’est mon coup de cœur !   

– les jupes crayon : on en trouve PARTOUT ! Et pas de look années 50 sans une jupe crayon :  allez jeter un œil sur l’article que j’ai écrit précédemment sur l’indispensabilité ( en français dans le texte )  de la jupe crayon . Rubrique P.P.P .

– des escarpins : certes , le look  fifties s’accorde avec toutes les hauteurs de talon ainsi qu’avec la ballerine mais n’hésitez pas à viser haut mes pintadounes : pensez Grace Kelly , pensez Dita Von Teesse , l’incarnation de la fiftitude ( en anglais dans le texte ) et à propos de D.V.T : 

   

 

Pour le plaisir …. La robe année 50 vue par Dior ( défilé Printemps-été 2013 ) 

  
Avant de conclure , je ne pouvais pas terminer  cet article sans vous montrer deux photos que je trouve merveilleuses : 

Françoise Sagan en 1954, des vêtements très simples mais une allure folle …  


Et une photo qui illustre à elle seule l’élégance , la joliesse et le raffinement des années 50 : 

 

 
 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s