Été sans kilos , vacances aux poireaux. 

Tralala tsointsoin ! L’été arrive et je sais que cette idée vous met d’humeur joyeuse et primesautière . Vous voici en train de feuilleter fiévreusement  les pages maillots du catalogue de la redoute tout en vous enduisant d’auto-bronzant d’une main et de crème anti-cellulite de l’autre . Mais Malheureuse !! Cessez immédiatement de faire la  » ravie de la crèche  » et réfléchissez cinq minutes : L’été c’est aussi cette saison à la con durant laquelle nous n’aurons plus d’autres choix que celui d’être mince , l’été c’est ce moment étrange de l’année où , paradoxalement , nous devons afficher un 36 fillette MAIS également boire du rosé ( et non, l’alcool ne se dilue pas dans les glaçons ) , nous gaver de cerises dont l’index glycémique frôle celui de la fraise tagada , nous enfiler des pan-bagnats sur la plage et autres beignets , churros, crêpes ….sans parler de la salade tomates-mozza noyée dans l’huile d’olive et au passage, la mozza est aussi calorique que le camembert! 

L’été c’est la saison du barbecue vicieux qui nous propose le trio gagnant chipo-merguez-chips, qui te fait prendre en un repas le même nombre de calories qu’un burundais en un an. 

Bref, l’été est un fléau qui se dissimule sous des parasols rayés et qui se cache dans des glacières sordides . 

Donc, voici le mois de Juin qui arrive : on installe les pliants dans le jardin ( 2 doigts en moins ) , on remplit la piscine ( 15° pendant 1 mois puis 18° mi-Juillet et enfin 28° fin Aout, une semaine avant la rentrée ) . Les arbres ploient sous les fruits , et nous sous le gras, les soirées n’en finissent pas et les apéros au rosé-piscine non plus, les cigales chantent encore et encore et nous aussi parce que  » chaque oiseau chante sa chanson et chaque Renard vante sa queue  » ( proverbe russe du XVIII eme siècle ) et qu’à défaut de queue , il nous reste le rosé et à un certain niveau de remplissage, en chaque pintade se cache une diva. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes me direz-vous.

Mais non. Car, tapi dans l’ombre, aux aguets, se cache le kilo ! L’infâme , l’ingnominieux, le turpide kilo ! 

Voilà ce qui se passe dans la tête du kilo à l’entrée de l’été : 

– le kilo :  » Tiens, les journées rallongent et ces connes de cigales ont commencé à chanter , maman va encore essayer de me déloger, comme chaque année … » Soupir amusé du kilo . 

Note de l’auteur : le kilo appelle toujours sa détentrice  » maman  » . C’est une tradition ancestrale chez les kilos que d’appeler leur détentrice ainsi et chaque nouveau kilo qui arrive, s’accroche à sa mère qui devra le trimballer toute sa vie tel un fardeau .

Donc le kilo : 

–  » rien à faire, j’y suis, j’y reste , comme dirait ma copine la cellulite  » .

En effet, le kilo et la cellulite sont très potes et si à force d’acharnement de la part de sa mère, le kilo dégage , la cellulite, en revanche s’incruste a jamais dans la chair de sa mère , autrement dit la chair de sa chère . 

Et le kilo, mes moelleuses, l’abject et fétide kilo va s’enraciner dans nos pattes et s’enchâsser dans nos croupes car l’ÉTÉ ON NE PEUT PAS MAIGRIR ( relire le paragraphe ci-dessus ) .

Inutile de vous ruiner en revues fallacieuses :  » Toutes nos astuces pour perdre 10kg en 48 heures sans se priver  » ni en régimes perfides : » le poireau matin-midi-et soir sans frustration  » ou dans des salles de sport ruineuses :  » 10 jours pour retrouver un corps de déesse avec le yogfitrunpilaballet !  » 

Non-non-non mes charnues, une chose est sûre : si vous abordez l’été avec 3 kgs en trop, vous le finirez avec 5 kgs en trop:

 » Boudin en Juin , Septembre  dans ta chambre  » .
Si malgré tout, vous persistez à penser que vous allez passer l’été en restant mince ( et moi, de m’esbaudir ) voici quelques conseils pour y parvenir :  » Vade Retro gras-ta-race  »
Nous le savons toutes, l’été n’est qu’une suite de sollicitations sataniques et autres incitations lucifériennes à boire et à manger, auxquelles vous devrez résister .

Exemples : 

– L’appel du rosé : il faut savoir que le cri du rosé en rut est difficilement supportable , surtout s’il s’agit d’un Bandol. Il faudra être extrêmement bien armée pour résister .

-le contexte  : lorsque le soleil devient plus doux et que le ciel se parre de couleurs roses et orangées , sortant de la douche, le corps lustrée d’après-soleil et les cheveux enduit d’huile phytoplage, vêtue d’une fine robe longue bustier de couleur blanche , qui met en valeur votre bronzage et d’une paire de k-jacques a 250 boulles , tout à coup, votre portable sonne et votre meilleure amie vous susurre d’une voix douce  » tu es prête ma poule ? Apéro dans 20 minutes sur le vieux-port » ou  » apéro dans 20 minutes a l’auberge du chat qui pêche  » ou encore  » apéro dans 20 minutes au perchoir  » et j’en passe, ce ne sont pas les lieux de perditions qui manquent….

-mon conseil : Refuser net l’invitation ( migraine, gastro, insolation ….) et s’affaler devant la TV avec une bouteille de Volvic ( 2 qui la tiennent …) 

Autre exemple : 
– Le hurlement du croque-monsieur derrière sa vitrine . Il vous voit passer ( le croque-monsieur, contrairement à ce qu’on pourrait penser , est doté d’une vision périphérique tout-à-fait remarquable ) et vous appelle :  » Prends mouaaaaaaaaaaaaaa » ,  » Mange mouaaaaaaaaaaaaaaa » ,  » j’ai le gruyère fondu à souhéééééééééééé et le jambon blaaaaaaaaaaaaaanc  » ,  » j’en peux pluuuuuuuuuuuuuuus de cette boulangerie, sors moi de làààààààààààà  » 

– le contexte : Il est 14h . Vous n’avez rien avalé depuis le café de ce matin et shopping non-stop depuis 10h ( c’est les soldes, faut dire !) et tout à coup un trou dans l’estomac ! Que dis je un trou ? C’est un peu court jeune femme, on pouvait dire…..Oh Dieu! bien des choses en somme, par exemple , tenez :

-Agressif  : « Moi, Madame, si j’avais un tel trou, il faudrait sur le champ que je me le remplissasse ! » 

– Desciptif : » C’est un trou!….. C’est une crevasse…c’est une fosse….que dis-je c’est un cratère !  »

– Gracieux :  » Aimez vous à ce point les belettes que maternellement vous vous préoccupâtes de fournir un terrier à ces bêtes délicates ? » 
Bref….vous crevez la dalle et là c’est le drame. 
-Mon conseil : Jeter un coup d’œil méprisant au Croque-monsieur et rentrer chez vous déguster une barquette de mâche avec un filet de citron ( Qué huile d’olive ??!!! ) 

Autre exemple : 
–  La danse de la glace italienne dans le camion du glacier : la glace italienne que l’on devrait nommer  la garce italienne , est à la pintade ce que Monica Bellucci est au bagnard qui quitte Cayenne après 20 ans de bons et loyaux services .

Regardez donc cette salope ( la glace, pas Monica ) couler langoureusement de sa pompe et venir se déposer en volutes gracieuses sur son cornet , lequel cornet est d’une platitude qui frise le grotesque .

La glace, toute de crème vétue, aux couleurs et aux parfums affriolants , se dandine, se tortille et ondule du croupion devant nos yeux résignés , car nous le savons déjà mes sœurs, cette glace aura notre peau et notre cellulite se gondole de joie ….

– le contexte : Après une journée de plage, la peau tannée par le soleil et la gorge sèche , façon traversée du Kalahari, nous sommes attaquées par le camion de glace qui est venu EXPRÉS se mettre sur notre chemin . Nous voilà coincées , aucune issue, aucun itinéraire bis , pas moyen de reculer . Personne ne bouge , même les oiseaux se sont tus. 

– Mon conseil : Contourner lentement le camion de glace, le dépasser sans même vous retourner , rentrer rapidement chez vous et boire un grand verre de Contrex . Et croquer un radis . Toujours croquer un radis, car le radis cale. 
Les trois situations que nous venons de voir ensemble ne sont qu’un maigre échantillon parmi les nombreuses tentations auxquelles vous serez confrontées cet été , je ne m’attarderai par sur les beignets, barbapapas, pizzas-quatre-fromages, maîtres-nageurs , mauresques etc etc…

Vous l’aurez compris : si vous suivez mes conseils , vous passerez sans aucun doute un été à l’abri du kilo et par la même occasion un été de merde…

SINON, vous pouvez également vous rappeler que certaines femmes sont des bombasses absolues en dépit de quelques kilos qui se sont accrochés : 

Dialogue de kilos : 

–  » c’est qui ta mère ?  » 

–  » Monica Bellucci . Et toi , c’est qui ta mère ? » 

–  » Paris Hilton . Mais je crois que ja vais me casser…elle est naze comme mère ….y a rien à bouffer , je suis tout seul, je me fais chier comme un rat, je vais partir mais ma cop’s cellulite, je peux te dire qu’elle est bien accrochée elle !  » 

–  » moi je bouge pas. Jamais. T’es fou ?! on mange trop bien chez ma mère, j’ai eu quelques frères et sœurs mais ma mère elle nous aime bien et elle continue à faire rêver les hommes du monde entier  » 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s